Quand le Syndicat de la magistrature attaquait François Molins

·1 min de lecture
François Molins est aujourd'hui procureur général près la Cour de cassation.
François Molins est aujourd'hui procureur général près la Cour de cassation.

Si le Syndicat de la magistrature (SM) et François Molins font « cause commune » dans la procédure pour prise illégale d?intérêts lancée contre Éric Dupond-Moretti dans laquelle le ministre de la Justice est mis en examen, le SM et l?ex-procureur de la République de Paris n'ont pas toujours entretenu les meilleures relations.

Directeur de cabinet de Michèle Alliot-Marie (2009-2010), Place Vendôme, François Molins s?était fait nommer en même temps avocat général à la Cour de cassation ? au sommet de la hiérarchie judiciaire, il en est aujourd'hui le procureur général. Lorsqu'un magistrat rejoint une administration centrale, il profite d'une « nomination pour ordre ». Un décret le nomme à un poste qu'il n'occupera pas, au sein de la magistrature. Cela permet de bénéficier des avantages attachés à la fonction, par exemple, ne pas perdre son ancienneté et continuer à progresser dans son grade. Important, pour le calcul de la retraite des serviteurs de l'État.

Un avocat général surnuméraire

Lors de la rentrée solennelle, Jean-Louis Nadal, procureur général de la Cour de cassation à l'époque de la nomination de François Molins comme avocat général, avait ironisé : « Je devrais me réjouir d'avoir vu mes effectifs doubler en six ans. Mais j'ai surtout à m'étonner de n'avoir pas été plus consulté sur ces renforts, que je n'avais pas demandés et qui sont loin d'être intervenus en fonction des besoins des chambres de cette cour. »

Après avoir été procureur de la Républi [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles