Ce symptôme du cancer que vous pouvez sentir par vous-même

Tim Robberts via Getty Images

La prudence est de mise. Pour les femmes, il serait essentiel de prêter attention aux pertes vaginales car des changements d’odeur ou de consistance pourraient être un signe de cancer du col de l’utérus.

Un diagnostic précoce pourrait permettre de sauver des millions de vies. Et la meilleure façon de repérer les premiers signes ou symptômes du cancer est de connaître son propre corps et d’observer les anomalies qu’il pourrait présenter. Ainsi, toute bosse ou autre changement pourrait amener à consulter un professionnel de santé plus tôt et donc augmenter ses chances de survie.

Mais comme le rappellent plusieurs scientifiques, ce ne sont pas seulement les changements physiques auxquels il faut être attentif. Le changement des odeurs pourrait également être un signe d'alerte précoce. Pour les femmes, il serait essentiel de prêter attention aux pertes vaginales car des changements en ce qui concerne leur odeur ou leur consistance pourraient être un signe de cancer du col de l’utérus.

"En dépistant les signes de risque à un stade précoce, cela signifie que toute cellule anormale peut être traitée rapidement avant qu'elle ne se développe potentiellement en cancer", a rappelé le Dr Nikki Kanani, médecin généraliste.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "C’est le premier cancer, tous sexes confondus, alors il faut y penser"

"Cela pourrait vous sauver la vie"

Mais outre l’observation des pertes vaginales, Il n'y aurait pas réellement de symptômes évidents pendant les premiers stades de la maladie. C'est pourquoi il est fortement recommandé de réaliser régulièrement un frottis. Il s'agit d'un test préventif lors duquel un écouvillon est utilisé pour détecter les cellules anormales sur le col de l'utérus avant qu'elles ne deviennent potentiellement cancéreuses. "Nous savons que cela peut sembler embarrassant et que vous pouvez facilement le remettre à plus tard, mais acceptez votre invitation car se faire contrôler pourrait vous sauver la vie", a-t-il prévenu.

Chaque année, près de 3 000 femmes développent un cancer du col de l'utérus et 1 000 femmes en meurent. Le cancer du col de l'utérus est attribuable dans la grande majorité des cas à une infection persistante par un papillomavirus humain (HPV) à haut-risque, infection très fréquente, transmissible par contact sexuel.

VIDÉO - Un vaccin contre le cancer, c'est possible ?