Symptômes, prise en charge : comment reconnaitre et mieux traiter la boulimie

·1 min de lecture

C'est un trouble complexe, à la fois physique et psychique. "La boulimie va obnubiler le patient jusqu’à limiter ses capacités de liens sociaux et ses investissement sur les autres sujets de sa vie", souligne Bruno Rocher, psychiatre et addictologue au CHU de Nantes. Cette pathologie touche en majorité les jeunes femmes. Reste que beaucoup de patientes passent sous les radars : selon Bruno Rocher, entre 20 et 50% des personnes touchées seulement sont prises en charge médicalement. Invité mercredi de Sans Rendez-vous, il a expliqué comment mieux reconnaitre les symptômes de cette maladie.

La boulimie est répertoriée comme un trouble psychiatrique. Il est caractérisé par l'ingestion d'une quantité massive de nourriture, suivie d'une purge ou d'un jeûne sélectif visant à maintenir le poids égal. Mais la boulimie implique aussi une préoccupation constante. "C'est inquiétant car ces patients ont une telle préoccupation de maintenir le poids, d'annuler la conduite honteuse de prise alimentaire que ça va sans cesse occuper leur esprit." 

Des symptômes souvent dissimulés

Si cette maladie est encore trop peu prise en charge, c'est que les symptômes ne sont pas toujours visibles, dissimulés par les patientes parfois pendant des années. "J'ai déjà vu des femmes de 40 ans qui en souffrent depuis l'adolescence mais qui n'ont jamais été suivies", explique Bruno Rocher. Quelques signes peuvent cependant alerter les parents. "La plupart du temps, l'alimentation des jeunes filles concernées e...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles