Les symptômes de la Covid-19 provoqués par le variant anglais

Julie Kern, Rédactrice scientifique
·2 min de lecture

En septembre 2020, un nouveau variant du SARS-CoV-2 est détecté dans plusieurs régions du sud de l'Angleterre. Son séquençage révèle qu'il possède plusieurs mutations importantes sur le gène codant la protéine S, or les tests de dépistage PCR sont considérés comme positifs lorsque ce gène est identifié dans le prélèvement d'un patient. Le variant anglais passait donc entre les mailles du filet. Pour le dépister et suivre sa propagation dans la population, l'Angleterre a modifié ses critères de dépistage.

Trois gènes sont amplifiés par PCR : celui de la protéine S, celui de la nucléocapside N et l'ORF1ab qui code pour une polyprotéine qui sera fragmentée en plusieurs protéines impliquées dans la réplication. Un échantillon est considéré comme positif pour le SARS-CoV-2 si un ou plusieurs gènes sont identifiés. Les tests uniquement positifs pour la protéine S ne sont plus jugés fiables. Un échantillon est considéré positif pour le variant anglais quand les gènes N et ORF1ab sont identifiés simultanément.

Pourcentage de tests PCR positifs pour le gène N et ORF1ab entre le 11 et le 17 janvier 2021. © Office for National Statistics
Pourcentage de tests PCR positifs pour le gène N et ORF1ab entre le 11 et le 17 janvier 2021. © Office for National Statistics

Le variant anglais se propage rapidement

Entre le 11 et le 17 janvier 2021, les tests positifs pour le variant anglais représentent près de 70 % des tests réalisés dans certaines régions comme l'Irlande du Nord, Londres ou le sud-est de l'Angleterre. Le variant anglais a donc connu une propagation éclair depuis sa découverte, notamment grâce à un changement dans la séquence des acides aminés (N501Y) qui renforce sa liaison avec son récepteur ACE2.

Boris Johnson, Premier ministre du Royaume-Uni, avait annoncé le 22 janvier dernier que le variant anglais « peut être lié à un degré plus élevé de mortalité ». Une déclaration basée sur des chiffres préliminaires et donc à prendre avec précaution. Aujourd'hui, les scientifiques de l'Office for National Statistics ont livré un rapport qui détaille un peu plus les symptômes expérimentés par les...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura