"Sympathie pour le diable", film choc sur le témoignage du reporter de guerre Paul Marchand lors du siège de Sarajevo

Jacky Bornet

Adaptation de Sympathie pour le diable (Ed. Stock), récit du reporter de guerre Paul Marchand lors du siège de Sarajevo en 1992, le film traduit la vocation d’un homme au journalisme, avec sa prise de risque et son addiction au danger. Présenté au Festival du film d’histoire de Pessac, lauréat de quatre prix au Festival des correspondants de guerre de Bayeux, Sympathie pour le diable sort en salles le 27 novembre.

Implacable

Reporter de guerre, sortant du conflit libanais, Paul Marchand débarque en septembre 1992 à Sarajevo, quatre mois après le début du siège qui oppose les forces de Bosnie-Herzégovine et les milices serbes. Sur le terrain, avec un photographe et une journaliste, il s’indigne de l’inaction internationale face à la tragédie. Prenant de plus en plus de risques, il entraîne son équipe dans une spirale infernale, avec la conviction de servir le monde.

Réalisateur, Guillaume de Fontenay ne reconstitue pas Sarajevo, il filme sur place. Il cadre comme un reporter de guerre relaterait ce qu’il voit et entend. Film de terrain, Sympathie pour le diable transcrit la vocation de reporter de guerre dans toute sa complexité, avec ses répercutions psychologiques, addictives et perturbantes. Il s’agit de Sarajevo, mais ce (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi