"Swallow" : premier film hitchcockien de l'Américain Carlo Mirabella-Davis sur la folie

Laurence Houot

Swallow, premier film de l'Américain Carlo Mirabella-Davis, raconte l'histoire d'une jeune femme atteinte de pica, un trouble compulsif qui pousse les patients à avaler des matières ou des objets non comestibles. Un premier long métrage très maîtrisé formellement, qui évoque le cinéma d'Hitchcock. Il sort en salles le 15 janvier.


Le film s'ouvre sur une nuque, l'image est floue, mais le carré, blond, est net, parfaitement coiffé. La femme réajuste quand même, on ne sait jamais. Elle est debout sur la terrasse de sa très belle maison à l'architecture de verre, en surplomb d'un large fleuve qui coule paisiblement (l'Hudson, pas loin de New York). Hunter vient de se marier avec Richie, un jeune homme de famille fortunée.

Pendant qu'il travaille – Richie a repris la direction de l'entreprise familiale –, Hunter l'attend en s'occupant de cette luxueuse maison offerte par ses beaux-parents. La jeune femme prend soin du jardin, de la piscine, du ménage et du dîner de son mari. Ses vêtements, sa coiffure, ses chaussures, son intérieur… Elle aime que tout soit parfait, que rien ne dépasse, que chaque chose soit à sa place.


Les parents de Richie, même s'ils affichent une bienveillance de façade, ne ratent pas une occasion de lui faire sentir qu'elle leur est redevable, et qu'ils savent mieux qu'elle ce qu'il convient de faire pour rendre (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi