Suspension du vaccin AstraZeneca : "Sur le plan scientifique, l'arrêt ne se justifiait pas, mais sur le plan de la confiance, il fallait en passer par là", estime un médecin

franceinfo
·1 min de lecture

Après la suspension du vaccin AstreZeneca contre le Covid-19 en France, le docteur Jérôme Marty, médecin généraliste, président de l’UFML (syndicat de l’Union française pour une médecine libre), a jugé lundi 15 mars sur franceinfo que cette décision n'était pas "justifié sur le plan scientifique", mais "sur le plan de la confiance, il fallait en passer par là".

franceinfo : Est-ce qu'il y a des conséquences, déjà, de cette décision de suspendre les vaccinations avec le vaccin AstraZeneca ?

Jérôme Marty : Les conséquences c'est que tout s'arrête pour l'instant. Il y a une grande interrogation de nos patients vis-à-vis de ce vaccin. Il y avait déjà pas mal d'interrogations. Il faut les rassurer, car il y aura davantage d'interrogations. Ce que l'on peut se demander déjà, sur la forme au moins, c'est pourquoi on n'a pas prévenu les médecins avant de prendre cette décision, puisque la décision a été prise alors même qu'un certain nombre de nos confrères vaccinait les patients.

Vous savez, on est abreuvés de mails et de circulaires et des urgents de la direction générale de la santé. On en reçoit plusieurs par jour, parfois, et là on n'a rien reçu. La circulaire, qui correspond à la suspension du vaccin AstraZeneca, a été envoyée plus de trois heures après la décision du président de la République. Il me semble quand même que, le moindre des respects pour les gens qui sont responsables de cette campagne de vaccination qui la portent à bout de bras, était de les prévenir avant (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi