La suspension de RT France confirmée par la justice européenne, le Kremlin annonce des représailles

La Cour de justice de l'Union européenne a rejeté, mercredi 27 juillet, la demande de la chaîne d'information RT France (ex-Russia Today) d'annuler la suspension de sa diffusion décidée dans le cadre des sanctions de l'UE contre Moscou, selon un arrêt consulté par l'AFP. Le Kremlin a immédiatement répondu en expliquant qu'il allait entraver le travail des médias occidentaux en Russie.

Dans sa décision, le tribunal de l'UE argumente notamment que cette « interdiction temporaire » ne remet « pas en cause » la liberté d'expression « en tant que telle », contrairement à ce qu'affirmait le média d'État russe, sanctionné après l'invasion de l'Ukraine par Moscou.

La Russie a d'ores et déjà annoncé qu'elle va faire appel de la décision européenne. Le Kremlin a ajouté, juste après l'annonce de la décision, qu'il allait entraver le « travail des médias occidentaux » sur son territoire, en représailles à la décision concernant RT France. « Nous allons prendre des mesures de pression similaires visant les médias occidentaux qui travaillent chez nous dans le pays. Nous n'allons pas non plus les laisser travailler dans notre pays », a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Des limitations « proportionnées », selon la justice européenne

Accusés d'être des instruments de « désinformation » du Kremlin, les médias Sputnik et RT (y compris sa version francophone RT France) ont été interdits de diffusion dans l'UE à partir du 2 mars, à la télévision comme sur internet, à la suite d'un accord des Vingt-Sept peu après le début de la guerre.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles