Suspension des contrôles d'identité dans certaines zones : Castex clôt la polémique

·2 min de lecture

Devant le Sénat mercredi, Jean Castex a promis «solennellement» qu'il «n'y aura pas de zones sans contrôles d'identité», balayant l'idée controversée, émise par la défenseure des droits, de suspendre ces contrôles dans certaines zones pour lutter contre les discriminations.

C’est devant le Sénat mercredi que le Premier ministre a éteint le début d’incendie. Lors des questions au gouvernement, Jean Castex a promis «solennellement devant le Sénat et le pays» qu’il n'y «aura pas de zones sans contrôles d'identité». Le Premier ministre, qui répondait au sénateur du Nord, Dany Wattebled, a ainsi enterré l'idée controversée de suspendre les contrôles d'identité dans certaines zones, émise par Claire Hédon, la Défenseure des droits depuis juillet 2020.

Vendredi dernier, cette dernière avait rappelé que son instance demandait depuis longtemps que des «expérimentations» soient menées dans certains quartiers, comme l'arrêt des contrôles d'identité, «qui peuvent devenir insupportables pour certains jeunes».

Cette déclaration, qui a fâché les syndicats policiers comme Alliance, a aussi fait réagir parmi la classe politique. Lundi, à Poissy, où des policiers en patrouille avaient essuyé des tirs de mortier d'artifice durant le week-end, Gérald Darmanin avait même déclaré que «tous les policiers sont partout chez eux dans la République».

La colère de Macron

Face aux sénateurs, Jean Castex a rappelé que la Défenseure des droits constitue «une autorité indépendante» mais «il se trouve que le gouvernement de la République est également indépendant de la Défenseure des droits».

A la mi-journée, à l’issue du Conseil des ministres, Gabriel Attal avait indiqué que le gouvernement «désapprouve» cette idée. «La Défenseure des droits est dans son rôle quand elle fait des propositions» et «nous accordons le plus grand respect aux institutions, aux personnes qui les dirigent, a fortiori quand nous les avons nommées», a déclaré le porte-parole du gouvernement. Mais «nous désapprouvons» l'idée «de suspendre les(...)


Lire la suite sur Paris Match