Suspectés d'espionnage, un officier italien et un diplomate russe arrêtés en Italie

par Crispian Balmer et Angelo Amante
·2 min de lecture
SUSPECTÉS D'ESPIONNAGE, UN OFFICIER ITALIEN ET UN DIPLOMATE RUSSE ARRÊTÉS EN ITALIE

par Crispian Balmer et Angelo Amante

ROME (Reuters) - La police italienne a annoncé mercredi avoir arrêté un officier de la marine italienne et un diplomate russe, tous deux soupçonnés d'espionnage après avoir été surpris en train d'échanger un document contre de l'argent lors d'une rencontre clandestine mardi.

L'identité des deux espions présumés n'a pas été révélée, mais l'Italien est le capitaine d'une frégate et le Russe un attaché militaire de l'ambassade de Russie. Ils sont tous deux accusés de "crimes graves liés à l'espionnage et à la sécurité de l'Etat", a précisé la police italienne.

Le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi di Maio, qui évoque une affaire "extrêmement grave", a annoncé mercredi l'expulsion de deux responsables russes, une décision qu'a dit regretter le ministère russe des Affaires étrangères.

Moscou a d'ailleurs prévenu que des mesures de réciprocités seront prises.

Parmi les éléments transmis par l'officier italien au diplomate russe figuraient des documents de l'Otan, indique l'agence de presse Ansa.

L'ambassadeur russe en Italie, Sergueï Razov, a été convoqué après ces arrestations, a indiqué le ministère italien des Affaires étrangères.

L'ambassade de Russie, citée par l'agence de presse russe RIA, a dit espérer que l'incident n'affecterait pas les relations bilatérales entre les deux pays.

Cet incident est le dernier en date d'une série d'accusations d'espionnage ces derniers mois contre des Russes dans plusieurs pays européens. La Bulgarie a expulsé en mars des responsables russes soupçonnés d'espionnage et les Pays-Bas en ont fait de même en décembre.

Les deux arrestations en Italie ont été ordonnées par le parquet de Rome à la suite d'une longue enquête menée par les services de renseignement italiens avec le soutien de l'armée, a indiqué la police italienne.

L'officier italien a été placé en garde à vue, tandis qu'un examen est encore en cours concernant le sort du suspect russe, qui bénéficie d'une protection diplomatique.

(version française Claude Chendjou)