Surpopulation dans la Station spatiale internationale : un astronaute va devoir dormir dehors

Céline Deluzarche, Journaliste
·1 min de lecture

Après plusieurs reports dus à l’ouragan Eta, quatre astronautes (Michael Hopkins, Victor Glover, Shannon Walker et le Japonais Soichi Noguchi) se sont finalement envolés cette nuit pour la Station spatiale internationale (ISS) à bord de la navette SpaceX Falcon 9 Crew Dragon. Ils rejoignent les trois astronautes déjà présents, Kate Rubins et les Russes Sergey Ryzhikov et Sergey Kud-Sverchkov, portant ainsi à sept le nombre d’occupants pour la première fois depuis l’arrivée du premier équipage le 2 novembre 2000. Problème : la Station spatiale ne compte que six lits, ce qui va obliger le commandant de la mission Michael Hopkins à dormir dans la capsule du Crew Dragon.

« Nous manquons actuellement d’un couchage à bord de l’ISS », a confirmé Michael Hopkins, qui s’est personnellement porté volontaire pour dormir à part de ses petits camarades. La situation ne devrait toutefois être que provisoire, du matériel supplémentaire étant censé parvenir à l’ISS prochainement. Mais c’est une autre question qui préoccupe Shannon Walker : il va aussi y avoir un embouteillage côté appareils de fitness. « Nous devons tous faire de l'exercice chaque jour et c'est extrêmement important. [Avec 7 personnes à bord] nos horaires sont beaucoup plus serrés ce qui nous donne moins de flexibilité pour les autres activités de la journée, s’inquiète-t-il. Il y aura aussi un peu plus de monde autour de la table du dîner, mais ça, ce n'est pas bien grave », sourit l’astronaute. Dans l’espace, la règle de « six à table » préconisée par le Premier ministre Jean Castex contre le coronavirus ne s’applique pas.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura