La surface de forêt vierge tropicale détruite en 2020 équivalente aux Pays-Bas

·2 min de lecture

La forêt vierge tropicale continue de disparaître, inexorablement : 12 % de plus qu'en 2019, selon le rapport annuel du Global Forest Watch, et ce, malgré la crise économique dûe au Covid-19.

Les arbres de la forêt tropicale envolés en fumée ou abattus par les hommes à un rythme toujours plus élevé, c'est le triste constat du rapport annuel du Global Forest Watch.

Au total, les tropiques ont perdu 12,2 millions d'hectares de couverture forestière en 2020. Cela inclut tous types de forêts et plantations. Le pays le plus touché est le Brésil, où la déforestation n'a cessé d'augmenter depuis l'arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro. La forêt primaire a encore perdu 1,7 million d'hectares en 2020, une hausse de 25 % en un an, selon le rapport. La République démocratique du Congo, arrive deuxième du classement.

Les destructions forestières, une tendance constante

Cette destruction massive des forêts est toujours motivée par l'extension de l'agriculture. Mais les vagues de chaleur et la sécheresse ont déclenché des incendies majeurs en Australie, en Sibérie et jusqu'aux confins de l'Amazonie, ce qui n'a pas amélioré la situation.

Des arbres ont pu être abattus illégalement dans un contexte de pandémie dans des forêts laissées sans protection par exemple ou l'arrivée massive de personnes dans des zones rurales. Mais les chercheurs soulignent surtout que cette crise n'a pas permis d'inverser la tendance concernant les destructions forestières. Ils alertent sur une possible aggravation de la situation en cas d'allègement des règles pour faciliter la relance économique.

Bonne nouvelle quand même pour l'Indonésie qui a, elle, réussi à réduire le rythme de sa déforestation de 17 % par rapport à 2019.

À lire aussi : Au Brésil, la déforestation de l’Amazonie atteint son plus haut niveau depuis douze ans