Suprêmes (Canal+) - JoeyStarr : "C’est très bizarre de voir son histoire racontée dans un film"

Shootpix/ABACA

Dans les années 80, le hip-hop et le rap se popularisent doucement mais sûrement parmi la jeunesse de l'Hexagone. Dans une banlieue défavorisée de Seine-Saint-Denis, un groupe d'amis se passionne pour ce nouveau style musical venu des Etats-Unis. Deux d'entre eux, Bruno Lopes alias Kool Shen et Didier Morville alias JoeyStarr, se démarquent par la qualité de leurs textes et leur talent pour le chant...

À lire également

JoeyStarr insulte violemment son ancien acolyte Kool Shen (VIDÉO)

Didier Morville et Bruno Lopes, deux ados de Saint-Denis (93), que rien ne prédestinait à occuper le devant de la scène, trouvent refuge dans le rap, un genre musical encore balbutiant à la fin des années 80. La réalisatrice Audrey Estrougo, a choisi de porter à l’écran les premiers pas de ceux qui deviendront JoeyStarr et Kool Shen, sous la bannière NTM. Contre toute attente, le rappeur, interprété sans mimétisme, mais avec magnétisme, par Théo Christine (en photo), et sur lequel la réalisatrice s’est focalisée, a su se montrer discret : « J’ai laissé travailler les gens, raconte JoeyStarr. Je suis seulement intervenu quand on me le demandait, comme consultant. J’ai juste imposé Cut Killer pour la musique. Le rendu est incroyable ! Même moi, ça me fout les poils. C’...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles