Supprimer le glyphosate aura un coût élevé, estime un rapport parlementaire

franceinfo avec AFP

Le calendrier prévu de suppression du glyphosate sera difficile à tenir en l'état actuel des connaissances et aura un coût élevé pour les agriculteurs, estime un rapport parlementaire demandant à l'Etat de préciser rapidement les cultures qui "bénéficieront d'une dérogation" d'utilisation en 2021. L'AFP a obtenu une copie de ce rapport avant sa présentation à la presse, mercredi 13 novembre.

La mission parlementaire chargée d'évaluer le plan de sortie du glyphosate juge "inconscient d'attendre le 31 décembre 2020" pour savoir "quelles situations culturales" devront obligatoirement cesser d'utiliser l'herbicide le 1er janvier 2021 et celles qui pourront bénéficier d'un délai.

Interrogée dimanche sur ce rapport, la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne, a affirmé que le gouvernement "reste résolu à sortir du glyphosate. Je confirme que l'objectif est bien de sortir de l'essentiel des usages au 1er janvier 2021, et de tous les usages au 1er janvier 2023", a-t-elle affirmé dans l'émission "Questions politiques". Pour la ministre, "ce rapport est intéressant car il pointe que ce n'est pas en claquant des doigts qu'on décide comme cela qu'on arrête le glyphosate".

Des charges supplémentaires pour les exploitants

La France s'est engagée à se passer de cet herbicide controversé le 1er janvier 2021 dans (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi