Suppression de l’ENA : vers un renoncement d’Emmanuel Macron ?

·1 min de lecture

Selon BFM TV, le chef de l'État devrait plutôt annoncer une réforme du processus d'accès aux écoles de la haute administration pour plus de diversité.

Au mois d'avril 2019, après de longues semaines de crise des Gilets jaunes, le chef de l'État l'assurait : il allait supprimer l'École nationale d'administration (ENA). À l'époque, il ne s'agissait pas de « se donner le plaisir de supprimer » cette fabrique à élite, mais de « bâtir quelque chose qui fonctionne mieux ». Mais presque deux ans plus tard, selon les informations de BFM TV, cette suppression n'est plus à l'ordre du jour.

Emmanuel Macron souhaite avant tout réformer l'accès à l'ENA pour installer dans ses rangs une plus grande diversité. En déplacement ce jeudi à l'Institut régional d'administration (IRA) de Nantes, le chef de l'État devrait annoncer un nouveau processus d'entrée qui s'appliquera dès cette année.

Selon la chaîne d'info, des places seront notamment réservées aux candidats issus de milieux modestes au sein de l'ENA, mais aussi dans d'autres écoles de la haute fonction publique, comme l'Institut national des fonctionnaires territoriaux (Inet) ou l'École des hautes études en santé publique.

À LIRE AUSSI : Jouyet : « Il faut mettre fin au système des féodalités administratives »

Dans cette même optique, le chef de l'État devrait annoncer la création d'un millier de nouvelles places en classes préparatoires, dites « classes prépas talents », pour les élèves boursiers. Ces élèves devraient par ailleurs bénéficier d'un financement à hauteur de 4 000 euros, contre 2 000 actuellement.

Débat au sein de la majorité

« Si on ne veut pas tomber dans le [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :