Des supporters de Trump qui voulaient contester l'investiture de Joe Biden se retrouvent... seuls

·3 min de lecture

Le dispositif de sécurité entourant l’investiture de Joe Biden comme 46e président des États-Unis, mercredi 20 janvier, était particulièrement important, avec par exemple 25 000 soldats de la Garde nationale déployés à Washington DC. Les craintes de voir des manifestations dégénérer ou des individus tenter de saboter la cérémonie se sont accentuées à la suite de l'invasion du Capitole le 6 janvier. Mais l'ultime coup de force des supporters de Donald Trump n’a pas eu lieu, au contraire : dans de nombreuses villes, leurs "manifestations" ont attiré… une ou deux personnes.

Des partisans du président sortant Donald Trump ont organisé le 20 janvier des manifestations pour s'opposer à l'élection et à l'investiture du nouveau président démocrate, Joe Biden. Ces rassemblements étaient pour la plupart prévus devant les Capitoles des différents États américains, lieux où siège la législature ou le gouverneur de ces derniers. L'objectif était de réaffirmer leur soutien à Donald Trump et leur conviction qu'il est le véritable vainqueur de l'élection.

Cependant, ces initiatives n'ont pas eu le succès escompté. Dans de nombreux tweets, les journalistes locaux qui se sont rendus à ces manifestations ont découvert des places et parvis déserts.

Dans plusieurs cas, une seule personne était présente.

Par exemple ici à Albany, devant le Capitole de l'État de New York :

Ci dessous, un autre manifestant à Sacramento, devant le Capitole de l'État de Californie :

Devant le Capitole de l'État du Maine, à Augusta :

Dans cette vidéo, une femme tient une pancarte sur laquelle on peut lire : "Nous t'aimons président Trump". Interrogée par un journaliste sur les raisons de sa venue devant le Capitole de l'État du New Hampshire, à Concord, elle répond qu'elle "ne pouvait pas supporter de regarder la cérémonie d'investiture" de Joe Biden.

Un journaliste de la chaîne de télévision CNN a publié deux photos sur Twitter montrant la manifestation tenue à Madison devant le Capitole de l'État du Wisconsin. On y voit trois hommes portant ostensiblement des armes à feu.

Enfin, un homme seul a brandi une pancarte de la campagne électorale de Donald Trump devant le Capitole de l'État du Michigan, à Lansing.

Par ailleurs, de nombreux adeptes de la théorie conspirationniste QAnon ont publié des messages et vidéos désespérés quand ils ont compris que Donald Trump ne réussirait pas à mettre en œuvre le "plan" initialement "dévoilé" sur les réseaux sociaux par un certain "Q", anonyme, en 2017. Ce dernier décrivait un prétendu complot satanique impliquant des élites corrompues adeptes de pédophilie et prévoyait une "tempête" initiée par le président sortant pour le déjouer. La date de cette "tempête" a été reportée à de multiples reprises avant que Donald Trump ne quitte définitivement son poste mercredi.

Et l'issue de ce plan échoué a fait également des déçus : dans la vidéo ci-dessous, partagée massivement sur le forum américain Reddit le 20 janvier, on voit une femme manifestement agitée, raconter sa déception d'avoir été bernée par le mouvement QAnon.