Selon une étude, la supplémentation en vitamines C et E pourrait favoriser la propagation de certains cancers

Des chercheurs suédois ont constaté que la prise de certaines vitamines pourrait favoriser la propagation de certains cancers. Explications.

Illustration - Getty Images/iStockphoto

Faut-il se méfier de certaines vitamines ? D'après une étude relayée par The Sun, menée par des scientifiques suédois et publiée dans The Journal of Clinical Investigation, la prise de certains suppléments de vitamines pourrait alimenter la croissance de certaines tumeurs cancéreuses.

Précisément, certains comprimés de vitamine C et E pourraient favoriser la propagation des cancers du poumon dans le cadre d'une alimentation équilibrée. Selon les scientifiques, les patients atteints d'un cancer ne devraient pas modifier leur régime alimentaire. Cette étude a été menée auprès de souris, ces rongeurs atteints d'un cancer ont reçu des vitamines supplémentaires à celles déjà obtenues via leur alimentation.

Comme le rappelle l'Anses, "la vitamine C permet de consolider les fibres de collagène, constitutives du tissu conjonctif qui soutient les cellules et structure ainsi les autres tissus. Elle intervient dans la synthèse de molécules impliquées dans la transmission nerveuse (ex. noradrénaline). Elle assure un rôle protecteur des tissus en captant les substances oxydantes. Enfin, elle facilite l’absorption du fer non héminique (présent dans les aliments d’origine végétale comme les légumineuses ou les noix)". Concernant la vitamine E, elle se trouve dans certaines huiles végétales, l’huile de foie morue et certains fruits à coque.

Une alimentation équilibrée

Dans le cadre de cette étude, l'équipe a découvert que "plus le niveau de vitamines dans le système d'une souris est élevé, plus de nouveaux vaisseaux sanguins se forment dans les tumeurs, ce qui pourrait éventuellement alimenter la croissance et la propagation de la maladie".

"Aujourd’hui, dans la société, beaucoup de gens mangent sainement, prennent des suppléments, puis prennent un shot de gingembre et un smoothie. Si vous faites tout cela, vous pourriez vous retrouver avec les niveaux de doses dont nous parlons", met en garde l'auteur, le Dr Martin Bergö de l’Institut Karolinska en Suède. Avant de compléter : "Si vous supprimiez tous les antioxydants présents dans les aliments, vous tomberiez malade pour diverses raisons, telles que des carences en vitamines, et cela influencerait le cancer. Nous nous concentrons sur des doses [complétées] accrues au-dessus des niveaux requis".

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "Le cancer du poumon est devenu un fléau. Il est dans les trois premiers cancers de l’homme et de la femme"