Supertest - Audi R8 GT (2024) : un dernier tour de chant au Vigeant !

Pour une fois qu’une Audi a tendance à survirer, on ne va pas s’en plaindre ! Du TT RS à la S8, de la RS 3 à la RS 6, c’est souvent la même rengaine : un train avant chargé et un système Quattro pas franchement rigolo, bref, c’est efficace mais pas cocasse.
En revanche, avec la R8 GT, les ingénieurs d’Ingolstadt brouillent les pistes. Non seulement son train avant s’accroche à la corde, mais l’arrière un poil léger décroche sans trop se faire prier. Chaud… derrière !
Pour mémoire, la GT est à l’Audi R8 ce que la Tecnica est à la Huracán de chez Lamborghini (sans les roues arrière directrices), à savoir un condensé de plaisir : 620 ch tirés du V10 atmosphérique, dont le couple maxi arraché à 6 400 tr/mn est distribué aux deux seules roues arrière.
Le poids ? Il y a débat. La R8 GT accuse 1 608 kg avec tous ses pleins sur notre balance de Mortefontaine. Ce n’est pas si léger pour une propulsion à coque alu. C’est même élevé comparé aux 1 379 kg officiellement revendiqués par la Huracán Tecnica. Mais il convient de rappeler que Lamborghini parle de poids à sec avec une propension à noyer le poisson.
C’est ainsi que nous avions vérifié 1 724 kg pour la Huracán Evo RWD Spyder, tous pleins faits, au lieu des 1 509 kg annoncés, soit 215 kg de différence avec la réalité.
Pour résumer, la R8 GT n’a rien d’ultra-léger mais reste dans la moyenne, surtout à l’heure où cette dernière ne cesse de croître. A titre d’info, une BMW M2 dépasse aujourd’hui les 1 700 kg. Quant à la répartition de la masse...Lire la suite sur Sport Auto