Superprofits : les propositions de Von der Leyen peuvent « vaincre les réticences d’Emmanuel Macron »

© Frederick FLORIN / AFP

Face à la flambée des prix de l’énergie en Europe, Ursula von der Leyen a proposé mercredi de plafonner et de redistribuer une partie des bénéfices réalisés par les entreprises énergétiques européennes. Une suggestion qui fait écho aux propos du président français, positionné depuis début septembre en faveur d'un mécanisme européen. Il y a donc de quoi être « confiant », affirme Sébastien Maillard, président de l’Institut Jacques Delors. « Les propositions d'Ursula von der Leyen peuvent vaincre les réticences initiales d'Emmanuel Macron, dans la mesure où elles s'appliquent à toute l’Union européenne et où les entreprises françaises ne seront pas les seules concernées », affirme-t-il.

Un mécanisme déjà présent en France

La première des propositions de la présidente de la Commission européenne rejoint de fait une mesure déjà mise en place par Emmanuel Macron, selon Cédric Philibert, chercheur associé à l’Institut français des relations internationales (IFRI) : « Ursula von der Leyen propose de plafonner les prix de l’énergie issue du renouvelable [et du nucléaire] à 180 euros par mégawattheure. Or, Macron et son gouvernement ont déjà imposé une taxation à 100% des renouvelables, qui va bien plus loin », remarque le chercheur. La mesure n'apportera donc rien très nouveau en France, où les bénéfices du nucléaire, via les dividendes d’EDF, et des énergies renouvelables, reviennent déjà largement à l’État.

Au niveau européen, le mécanisme pourrait néanmoins rapporter 117 milliard...


Lire la suite sur LeJDD