Superdividendes : Renaissance, le parti d’Emmanuel Macron, réfléchit à un « travail » sur le sujet

© Jacques Witt/SIPA

« Il va falloir trouver un atterrissage politique qui soit satisfaisant pour l'ensemble de la majorité et surtout pour le bien des Français en dépit des polémiques qui agitent les oppositions sur ces sujets depuis ces derniers mois », a indiqué Loïc Signor, porte-parole de Renaissanc, le parti présidentiel, en conférence de presse ce vendredi. Les polémiques en question concernent la taxation ou non des superdividendes.

Avec l’examen du projet de loi de finances 2023 au Parlement, les députés débattent autour de ces superprofits. Pourtant, le gouvernement a décidé d’écarter un amendement proposé par des députés du MoDem , son allié au sein de la majorité, et soutenu par des élus d’opposition, alors qu'il a été été adoptée à l'Assemblée, par 227 députés (88 votes contre). Cet amendement incitait notamment à introduire une « flat tax »  à 35% sur les superdividendes versés supérieurs de 20% à la moyenne des revenus distribués entre 2017 et 2021 au sein d'une entreprise.

Malgré cette décision, le secrétaire général du parti Renaissance, Stéphane Séjourné, est pour le dialogue. Lors du bureau exécutif de Renaissance, jeudi soir, le sujet des superdividendes était à l’ordre du jour. Il a demandé à Pascal Canfin, député européen et secrétaire général délégué du parti chargé des relations avec le gouvernement, de « réfléchir à un travail, une discussion, sur ce sujet des superdividendes ». Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire , fermement opposé à la reprise de l'amendement du ...


Lire la suite sur LeJDD