Les « supercontamineurs », clé de la propagation de la Covid-19 ?

Céline Deluzarche, Journaliste
·2 min de lecture

Une station de ski en Autriche… Un rassemblement religieux à Mulhouse… Une chorale à Washington… Un match de foot à Milan… Le Sars-Cov-2 semble particulièrement enclin à se propager à partir de clusters où une seule personne suffit à en infecter des dizaines d’autres. À l’inverse, la très grande majorité des personnes porteuses sont faiblement contagieuses, même en adoptant le même comportement. Ce phénomène pourrait expliquer pourquoi l’épidémie, que l’on soupçonne d’être présente en France depuis décembre, n’a véritablement explosé qu’au grand jour au mois de mars.

La norme, c’est que ce taux de reproduction est de zéro

La plupart des épidémiologistes se concentrent sur le taux de reproduction (R0) qui définit le nombre moyen de personnes infectées par une personne malade. Ce taux est d’environ 1,5 pour la grippe, entre 1,5 et 3 pour le Sars-Cov-2, entre 10 et 12 pour la varicelle et jusqu’à 18 pour la rougeole. Mais cette moyenne est en fait très peu représentative de la réalité : « La norme, c’est que ce taux de reproduction est de zéro. La plupart des gens ne transmettent pas le virus », explique Jamie Lloyd-Smith, virologue à l’Université de Californie dans le magazine Science. Les scientifiques ont donc établi un autre indicateur, le facteur de dispersion, noté k. Plus k est petit, plus la propagation de la maladie s’effectue via un faible nombre de personnes.

Le Sars-Cov-2 a une forte propension à se propager via des clusters. © NLshop, Adobe Stock
Le Sars-Cov-2 a une forte propension à se propager via des clusters. © NLshop, Adobe Stock

80 % des transmissions sont le fait de 10 % des malades

Dans un article de Nature publié en 2005, Jamie Lloyd-Smith avait estimé ce facteur k à 0,16 pour le Sars-Cov de 2003. Pour le Mers de 2012, il a été évalué à 0,25. En revanche, lors de la grippe espagnole de 1918, il aurait été de 1, ce qui signifie que la capacité de contamination aurait été mieux répartie dans la population. Concernant le Covid-19, une prépublication de la London School of Hygiene & Tropical Medicine (LSHTM) a calculé un facteur k de 0,1, «...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura