La SuperCam de Perseverance servira à « chercher des traces de vie éteintes sur Mars »

Rémy Decourt, Journaliste
·2 min de lecture

Parmi les sept instruments scientifiques de la mission Perseverance se trouve l’instrument SuperCam développé conjointement par un ensemble de laboratoires (Irap, Lesia, Latmos, LAB, IAS, Isae), universités et industriels français et américains (Lanl). Cet instrument, qui est la version boostée de ChemCam à bord du rover Curiosity de la Nasa, est conçu pour « chercher des traces de vie éteintes sur la Planète rouge et identifier les échantillons les plus intéressants à rapporter sur Terre », nous explique Francis Rocard, responsable des Programmes d'Exploration du Système solaire au Cnes (maître d’ouvrage de la partie française de l’instrument).

SuperCam est une évolution par rapport à ChemCam dont « il hérite du procédé Libs (en français spectroscopie de plasma induit par laser) qui consiste à utiliser un laser pour vaporiser le matériau à étudier, puis à analyser par spectrométrie la lumière émise par le plasma ainsi créé pour en déterminer la composition élémentaire, atome par atome ». Alors que ChemCam utilisait « seulement » le Libs pour déterminer la composition des roches et des sols, SuperCam intègre deux autres techniques d’analyse à distance, la spectrométrie Raman et l’infrarouge passif, ce qui va lui permettre d’acquérir des informations sur « la composition minéralogie et moléculaire, voire la présence éventuelle de matière organique sur la roche étudiée ».

Installation de SuperCam sur le mat du rover Perseverance. © Nasa, JPL, Cnes
Installation de SuperCam sur le mat du rover Perseverance. © Nasa, JPL, Cnes

Deux autres nouveautés sont à signaler. La caméra de contexte, en noir et blanc sur ChemCam, sera en couleur. « Elle photographiera en haute résolution les cibles analysées. » Un microphone, fourni par l’Isae-Supaéro, a été installé sur l’instrument, ce qui aidera à mieux connaître les propriétés mécaniques des roches en étudiant les sons associés aux impacts laser sur la roche martienne qui seront différents en fonction de la dureté et de la quantité de minéral abrasé.

« L’interprétation des sons (les...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura