Super-profits : l’État est « le plus grand super profiteur » d'après le président du Medef

© Eric PIERMONT / AFP

L'invasion russe en Ukraine perturbe les marchés mondiaux, rendant difficile l'accès aux matières premières. Conséquemment, les prix de l'énergie comme ceux de la distribution connaissent une hausse significative qui entraîne une inflation générale à travers le monde. Alors que le porte-monnaie des Français est impacté, la raréfaction des ressources engendre des bénéfices exceptionnels pour les poids lourds du secteur énergétique. Faut-il taxer les entreprises faisant des super-profits tandis que le citoyen modeste se sert la ceinture ? Le débat fait rage dans l'Hexagone et le président du Medef l'a attisé lundi en partageant son avis sur la question. Invité sur France Inter , Geoffroy Roux de Bézieux a indiqué trouver « absurde » l'idée d'une taxation.

« On ne va pas faire varier le taux d'impôt en fonction de si cela marche pour ces entreprises. Parce qu'à ce moment, quand ils font des super-pertes, que fait-on ? On leur rend l'argent ? », a questionné Geoffroy Roux de Bézieux, avant de dévoiler le nom de celui qui est, selon lui, le plus grand bénéficiaire de ces super-profits. « Qui est le plus grand super profiteur, si j'ose, qui fait les plus grands super profits : c'est l’État. Les recettes fiscales du premier semestre 2022 ont augmenté de 27 milliards d'euros, grâce aux super-profits des entreprises », s'est réjoui le président de la première organisation patronale française.

Lire aussi - Super-profits : « Pas anormal que les entreprises contribuent », juge le sénat...


Lire la suite sur LeJDD