Super-profits : Élisabeth Borne « ne ferme pas la porte » à une taxation des entreprises

© Sarah Meyssonnier/ Reuters

Dans une interview accordée au Parisien, ce samedi, Élisabeth Borne , a déclaré que « Personne ne comprendrait que des entreprises dégagent des profits exceptionnels, alors même que les Français peuvent être inquiets pour leur pouvoir d’achat ». C'est pourquoi la Première ministre ne ferme pas la porte à une taxation des « super-profits » des entreprises. Néanmoins, elle préfèrerait que les entreprises qui le peuvent baissent « les prix pour le consommateur et donne du pouvoir dachat à ses salariés ».

Lire aussi - Super-profits : « Pas anormal que les entreprises contribuent », juge le sénateur centriste Hervé Marseille

À l'heure où les prix flambent, notamment à cause de la guerre en Ukraine , Élisabeth Borne indique : « Prioritairement, je pense que les entreprises qui font des 'super-profits' doivent rendre du pouvoir dachat aux Français en mobilisant les dispositifs votés début août », tels que la « prime Macron », sans charges sociales ni fiscalité, rappelle la cheffe du gouvernement. Elle promet quelle sera « attentive à ce qu’elles le fassent ».

La taxation des « super profits » fait débat au sein de majorité

Alors que la Première ministre doit sexprimer devant le Medef , ce lundi, elle rappelle que certaines entreprises « ont déjà pris des engagements. Nous veillerons à ce quils soient respectés. Dans la période actuelle, tout le monde doit être responsable », a-t-elle insisté. Néanmoins, elle indique également que le gouvernement na pas « cessé de baisser les ...


Lire la suite sur LeJDD