Alpe d’Huez : que vaut "Super-héros malgré lui " par la bande de Babysitting ?

·Journaliste ciné
·2 min de lecture

Cinquième film de Philippe Lacheau après, entre autres, Babysitting et Nicky Larson, Super-héros malgré lui était présenté au Festival du film de comédie de l’Alpe d’Huez, lors de l'ouverture privée de Présidente de jury. Le public ado de la bande aimera… Les autres, toujours pas !

Crédit : Julien Panié
Crédit : Julien Panié

Une bonne idée mal exploitée

Sur le papier, le postulat de cette comédie était malin : un acteur de seconde zone, casté pour incarner Badman, le premier super héros français, se prend réellement pour son personnage après un accident le rendant amnésique. Hélas, le corps de Lacheau est plus musclé que son scénario qui tourne court en enchaînant frénétiquement les sketches portés par des personnages aux traits grossiers et pas toujours bien incarnés (la soeur militaire badass, le pote loser…).

Une amusante parodie

Philippe Lacheau semble entretenir un amour sincère pour le cinéma de super-héros (Batman en tête) et d’action. Mission impossible et autres superproductions hollywoodiennes sont ici détournées, dans le générique du film, dans l’évocation furtive (le chien de la reporter baptisé Groot par exemple) ou à travers de longues séquences (sur le tournage de Badman avec sa Badmobile). Sur ce terrain, Super-héros malgré lui est plutôt réussi, multipliant les clins d’oeil dans les moindres détails. Dommage que cet hommage soit parasité par de nombreuses lourdeurs et une absence totale d’enjeux.

Des vannes recyclées

Lacheau et sa bande n’ont jamais fait dans la dentelle et cette comédie potache n’échappe pas à la règle. Le film fait la part belle aux blagues pédophiles (à l'exemple d'un prêtre se plaignant d’une erreur de poupée gonflable, « taille adulte »), racistes ou incestueuses, et à l’humour scato et au-dessous de la ceinture. On souffre pour le pauvre Jean-Hugues Anglade, victime d’une vanne bas de plafond impliquant un godemichet installé dans le siège avant d’une voiture et servant d’avertissement aux chauffeurs imprudents. Lacheau et sa bande peinent à se renouveler mais il sera un jour nécessaire de se challenger pour ne pas perdre un public qui, aussi mordu soit-il, finira par flairer la supercherie.

Rendez-vous en salles le 2 février... pour les amoureux de la bande uniquement.

Découvrez la bande-annonce du film :