Suites judiciaires, impacts sur la campagne: cinq questions autour de la condamnation de Donald Trump

Donald Trump est devenu, jeudi 30 mai, le premier ex-président américain à être condamné au pénal. Il a été reconnu coupable d'avoir tenté de cacher un paiement de 130 000 dollars à l'actrice de films pornographiques Stormy Daniels pour éviter un scandale sexuel. Quelles sont désormais les suites judiciaires ? Peut-il toujours faire campagne et être élu président ? Éléments de réponse.

Quelles suites judiciaires pour Donald Trump ?

Ce vendredi, au lendemain du verdict, Donald Trump a annoncé qu'il allait « faire appel de cette arnaque ». Il dispose de six mois pour le faire officiellement. Faire appel aurait probablement un effet suspensif sur sa peine.

Une peine qui doit être prononcée le 11 juillet, à dix heures du matin. L'ancien président risque jusqu’à quatre ans de prison. Mais comme il n’a aucun antécédent judiciaire au pénal, qu’il s’agit d’un crime sans violence physique, et qu’il sera âgé de 78 ans lors du prononcé de la peine, Donald Trump devrait plutôt être condamné à un sursis avec mise à l’épreuve ou à des travaux d’intérêt général, et éventuellement à une amende.

Mais il reste poursuivi dans trois autres affaires :

  • Au niveau fédéral, à Washington, où il est accusé d’avoir tenté de changer le résultat de la présidentielle de 2020.

  • Au niveau fédéral, en Floride, pour avoir conservé des documents classifiés datant de sa présidence.

  • Au niveau de l’État en Géorgie, où il est poursuivi pour ingérence électorale.

Quelle attitude à adopter pour Joe Biden ?

Quelle influence sur la présidentielle ?


Lire la suite sur RFI