La Suisse soupçonne le gouverneur de la Banque centrale du Liban de détournement de fonds

·1 min de lecture

Riad Salamé le tout-puissant gouverneur de la Banque du Liban et son frère Raja, ont-ils "planqué" 400 millions de dollars en Suisse ? Le parquet fédéral a ouvert une enquête pour " blanchiment d’argent aggravé ", et demande l’entraide au Liban.

En janvier 2020, pendant que le peuple libanais manifeste dans la rue, poussé par l'incapacité de Hassan Diab à former un gouvernement, la justice libanaise adresse une commission rogatoire internationale à Berne. Alors que les Libanais sont soumis depuis octobre 2019 à de sévères restrictions de la part des banques pour retirer de l’argent, des fortunes locales continueraient à prendre le chemin des établissements financiers suisses. Les montants transférés s’élèveraient à 2,4 milliards de dollars. La justice libanaise soupçonne la Banque centrale du Liban (BDL) d’avoir organisé une ingénierie financière qui bénéficierait aux nantis. Depuis un an, l'enquête du parquet fédéral suisse semblait au point mort.Pire encore, on apprenait que le Ministère public n’avait pas donné suite à plusieurs requêtes libanaises, les jugeant incomplètes. Pour rappel, si la Confédération n’oppose plus le secret bancaire aux demandes de collaboration des justices étrangères, en revanche, elle peut se montrer tatillonne. Un exemple : l’" abus de biens sociaux " n’existe pas en Suisse. Pour que la demande d’entraide soit prise en compte, il faut parler de " gestion déloyale ". Enquête ouverte pour " blanchiment aggravé "C'est donc avec une...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi