Suisse: le parlement approuve le mariage pour tous

S.B.-E.
·2 min de lecture
Les partisans du mariage pour tous défilent à Paris. (Photo d'illustration) - -
Les partisans du mariage pour tous défilent à Paris. (Photo d'illustration) - -

Le parlement helvétique a approuvé ce vendredi le projet de loi autorisant le mariage pour les couples homosexuels, plusieurs années après de nombreux autres pays d'Europe occidentale.

Les Suisses devraient toutefois avoir le dernier mot car le parti de l'Union démocratique fédérale (UDF), une petite formation ultraconservatrice sur le plan sociétal, a déjà annoncé qu'il lancerait un référendum.

Un accès au don de sperme pour les couples lesbiens

Le mariage civil pour tous a pour l'instant été adopté par les deux chambres du parlement après plusieurs années de procédure, le projet initial ayant été déposé par le Groupe vert'libéral en 2013.

Le texte adopté permet aux homosexuels et lesbiennes de s'unir et à ces dernières d'avoir accès au don de sperme, un des points les plus controversés. Jusqu'à présent, les couples homosexuels pouvaient contracter des "partenariats enregistrés" ne leur donnant pas les mêmes droits qu'un mariage.

"C'est une victoire historique pour les droits de la communauté LGBTIQ", s'est réjoui Amnesty Suisse dans un tweet.

"Nous avons 82% de la population derrière nous"

L'association Famille Arc-en-ciel, fondée en 2010 pour défendre les intérêts des familles homoparentales en Suisse, a de son côté d'ores et déjà indiqué qu'elle "se prépare au référendum annoncé" par l'UDF.

"Si les opposant-e-s lancent un référendum, nous sommes prêt-e-s", a ainsi déclaré début décembre Matthias Erhardt, vice-président du comité national créé en vue du référendum.

"Nous avons 82% de la population derrière nous et grâce à la force mobilisatrice de la communauté LGBT, de nos organisations partenaires et des partis politiques qui nous soutiennent, nous allons pouvoir augmenter davantage l'acceptation des personnes LGBT dans la société grâce à cette campagne de votation", avait-il indiqué.

Article original publié sur BFMTV.com