Suisse: la fonte du plus grand glacier des Alpes inquiète les scientifiques

·2 min de lecture

C'est un géant de 23 km de long, 11 milliards de tonnes de glace, mais un géant aux pieds d'argile. En Suisse, le glacier d'Aletsch fond à vue d’œil comme chaque été. Si rien n'est fait pour inverser la tendance, il pourrait même disparaître complètement d'ici 2 100. Sur place, les scientifiques qui surveillent son évolution assistent impuissants à sa mort quasi-programmée. Reportage.

Avec notre envoyée spécial sur le glacier d'Aletsch, Jérémie Lanche

Il faut environ une heure et demie de marche depuis la station de Fiescheralp, en Valais suisse, pour atteindre le glacier d'Aletsch. La balade est prisée des randonneurs et des touristes. La plupart savent d'ailleurs que le spectacle qui s'offre à leurs yeux ne durera pas : « Impressionnant. C'est peut-être la dernière fois où nous verrons le glacier dans cet état. »

Et de fait, l'été a commencé son travail de sape. La glace fond à vue d’œil, comme le constate Matthias Huss, chercheur à l'université de Fribourg : « On voit exactement ces masses-là : c'est très impressionnant parce qu'on a perdu presque 3 mètres de glace depuis 6 semaines. »

Un fonte déjà importante, alors que l'été 2020 est pour le moment moins chaud que les années précédentes. Ce qui est vrai pour Aletsch l'est aussi pour les 4 000 glaciers des Alpes. Tous menacés à plus ou moins brève échéance :

« Environ un tiers des glaciers pourront être sauvés avec une protection du climat très forte et globale, mais on ne pourra certainement pas sauver les glaciers en Suisse. »

La disparition programmée des glaciers est lourde de conséquences, pour la Suisse, qui tire plus de la moitié de son électricité de l’hydraulique, mais aussi pour toute la vallée du Rhône, jusqu'à la Méditerranée. En été, un quart des eaux du fleuve proviennent de la fonte des glaciers alpins.

► À lire aussi : En Suisse, une «marche funèbre» pour un glacier évaporé