Suisse: à l'université de Genève, les étudiants mobilisés pour la Palestine évacués par la police

L'université de Genève était occupée partiellement par des étudiants mobilisés en faveur de la cause palestinienne jusqu'à ce mardi 14 mai. Après une dernière mobilisation autour du bâtiment principal le 13 mai, la police a évacué la cinquantaine d'étudiants dormant encore sur les lieux très tôt ce matin.

Ils étaient plusieurs centaines lundi, entre 400 et 500 selon les estimations, à s’être donné rendez-vous lundi devant le bâtiment principal de l’université de Genève, en Suisse. Les revendications sont les mêmes que sur tous les autres campus. Élisabetha, membre de la coordination Étudiants Palestine, se réjouit de quelques victoires : « Ce qu'on a réussi à obtenir, c'est l'université de Genève s'engage pour favoriser l'accueil des chercheurs et chercheuses palestiniens », se félicite-t-elle. En revanche, « l'université refuse un appel clair à un cessez-le-feu et aussi de boycotter les universités israéliennes », détaille la jeune femme.

Le rectorat demandait de son côté la fin de l’occupation nocturne des locaux et le retrait de banderoles polémiques. Mais aucun accord n’a été trouvé avec les militants sommés de plier bagage. La direction de l'université a haussé le ton lundi après l'échec de négociations, en annonçant le dépôt d'une plainte pénale pour violation de domicile contre les étudiants mobilisés. « On ne comprend pas qu'ils demandent d'évacuer, s'exclame Élisabetha. On est en train d'exercer un droit fondamental. On n'empêche ni les cours d'avoir lieu, ni le bon fonctionnement de l'université ».

Une évacuation tôt le matin ce mardi


Lire la suite sur RFI