"Suicidez-vous": une enquête complexe pour tenter d'identifier les auteurs du slogan

1 / 2

Coup de matraque dans le dos: une femme gilet jaune dépose plainte

Une gilet jaune d'Amiens porte plainte contre X pour violences . Elle affirme avoir reçu, par un policier, un coup de matraque dans le dos.

Le 23e samedi de manifestation des gilets jaunes, mobilisés depuis cinq mois en France, a été marqué par de nouvelles violences à Paris, notamment envers les forces de l’ordre. Le slogan "suicidez-vous" a rythmé l’avancée du cortège parisien en entraîné l'ouverture d'une enquête pour "outrage à personne dépositaire de l’autorité publique commis en réunion". Mais une interrogation se dessine: comment retrouver ceux qui ont scandé ces cris de haine?

Me Laurent-Franck Lienard, avocat à la cour de Paris engagé dans la défense des policiers a peu d’espoir concernant l’identification des auteurs de ce délit.

"L’outrage c’est un flagrant délit en principe. Là, il faut dérouler une enquête qui va essayer de déterminer qui sont les auteurs de ces injures. Ça va être très compliqué", présage-t-il ce lundi au micro de BFMTV.

Vidéo surveillance et auditions

A leur service, les enquêteurs disposent d’images de la scène filmée par les caméras de surveillance de la place de la République ainsi que de vidéos amateurs. Ils vont pouvoir décortiquer ces séquences image par image afin d’identifier ceux qui ont scandé "suicidez-vous" aux policiers qui encadraient la manifestation. Et deux éléments devraient faciliter ce travail: d’abord, la scène se passe de jour et ensuite, parmi les personnes qui ont prononcé ces slogans, plusieurs étaient à visage découvert.

Pour...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi