Suicides dans la police : un rassemblement symbolique place Beauvau

Face à la vague de suicides qui touche la police nationale, l’association Femmes des Forces de l’Ordre en Colère (FFOC) veut faire entendre sa voix. Des rassemblements symboliques étaient organisés dans plusieurs villes de France ce 16 août.

Les forces de l’ordre font face à un nombre inquiétant de suicides. Depuis le début de l’année 2019, 47 policiers se sont donnés la mort. Alors, pour dénoncer le “dysfonctionnement” qui touche la profession, l’association Femmes des Forces de l’Ordre en Colère (FFOC) a décidé d’agir.

Une dizaine de membres de l'association FFOC se sont rassemblé devant le ministère de l'Intérieur pour dénoncer le nombre croissant de suicides dans la police.
Une dizaine de membres de l'association FFOC se sont rassemblé devant le ministère de l'Intérieur pour dénoncer le nombre croissant de suicides dans la police.

Ce vendredi 16 août, une dizaine de ses membres se sont donnés rendez-vous place Beauvau, devant le siège du ministère de l’Intérieur, pour exprimer leur colère.

Un geste symbolique

Un rassemblement non déclaré avant tout symbolique. Vêtus de noir, avec des masques blancs portant des fausses traces de sang, les militants ont distribué des roses aux policiers en faction devant le ministère, une manière de montrer leur “amour pour [leurs] forces [de l’ordre] et [leurs] familles”.

Le lieu était loin d’être choisi au hasard. “Le premier flic de France est ici et la police va mal, la gendarmerie va mal, les forces de l’ordre, en général, vont mal”, a déclaré une membre de l’association à notre journaliste, présent sur place.

Mais ce n’est pas la seule raison : les familles de policiers souhaitent être reçues par Christophe Castaner. “On attend un rendez-vous, depuis août 2017”, a précisé l’une des personnes présentes. “Il doit réagir, il doit recevoir les familles, on a des choses à lui dire”.

L’association étant nationale, des rassemblements similaires étaient également prévus au même moment dans d’autres villes de France, comme à Toulouse et à Lille.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles