Suicide de Lucas: le ministre Pap Ndiaye annonce l'ouverture d'une enquête administrative

Le ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse Pap Ndiaye le 13 janvier 2023. - BFMTV
Le ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse Pap Ndiaye le 13 janvier 2023. - BFMTV

Il évoque un "drame épouvantable". Le ministre de l'Éducation Pap Ndiaye a pris la parole ce vendredi pour évoquer le suicide de Lucas, un collégien qui s'est donné la mort et dont les parents affirment qu'il était harcelé à l'école, notamment en raison de son homosexualité.

"Nous avons encore beaucoup de travail pour faire reculer les situations de harcèlement à l'échelle du pays", a déclaré le ministre.

Pap Ndiaye, qui effectuait un déplacement sur le handicap à l'école à Vaucresson (Hauts-de-Seine), a par ailleurs annoncé qu'une enquête administrative a été ouverte en plus de l'enquête préliminaire pour "harcèlement sur mineur de moins de 15 ans et harcèlement scolaire". Lucas et sa mère avaient fait état de "moqueries" et d'insultes liées à son orientation sexuelle dès la première réunion parents-professeurs en septembre 2022.

"Je ne veux pas écrire l'enquête avant qu'elle ne soit réalisée", a ajouté le ministre de l'Éducation, "il nous reste à déterminer ce qui s'est passé à la rentrée de janvier, quelle est la chaîne des événements pour pouvoir évidemment apprendre de ce qui s'est passé".

"Très attaché" à la lutte contre le harcèlement scolaire

Lucas s'est suicidé par pendaison le samedi 7 janvier au domicile familial à Golbey (Vosges). Il avait exprimé sa volonté de mettre fin à ses jours dans son journal intime sans toutefois faire référence au harcèlement, selon le procureur de la République d'Epinal Frédéric Nahon.

Le ministre Pap Ndiaye a affirmé devant la presse que la lutte contre le harcèlement scolaire est "un travail auquel je suis personnellement très attaché".

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Aucun enfant ne doit trouver comme issue ultime le suicide", avait tweeté jeudi le ministre, ajoutant avoir une pensée pour Lucas, à sa famille et ses amis ainsi qu'à "tous les élèves comme lui harcelés".

Article original publié sur BFMTV.com