Suicide de Lucas à 13 ans : la secrétaire d'État chargée de l’enfance appelle à « une prise de conscience »

© JEANNE ACCORSINI/SIPA

Âgé de tout juste 13 ans, le jeune Lucas s’est donné la mort le 7 janvier à son domicile familial dans les Vosges. Alors qu’une enquête a été ouverte par le parquet d’Épinal, il semblerait que la cause de ce suicide soit le harcèlement scolaire sur fond d’homophobie qu’a subi Lucas. En tant que secrétaire d’État chargée de l’enfance, la parole de Charlotte Caubel était pour le moins attendue. Présente sur BFMTV, samedi, elle s’est exprimée sur ce tragique événement lui permettant d’évoquer la lutte contre le harcèlement scolaire. À l’instar du ministre de l’Éducation, Pap Ndiaye qui a qualifié ce suicide de « drame épouvantable », elle appelle à une réelle « prise de conscience » collective.

Lors de son interview, Charlotte Caubel a tenu à rappeler les risques encourus pour les enfants harceleurs. Elle s'en est référée au Code pénal. « Quand ils ont l'âge d'être discernant (13 ans), il faut les sanctionner à la hauteur de leurs responsabilités », a-t-elle expliqué. Elle a ajouté que, dans l'affaire de Lucas, « l'enquête décidera de qui a fait quoi ».

« Le harcèlement scolaire tue »

Pour rendre compte de la situation dramatique en France, Charlotte Caubel a exposé les chiffres du harcèlement scolaire et numérique. Selon elle, « un million d'enfants par an » sont concernés. « C'est un drame, c'est effroyable, et il faut que tout le monde s'en saisisse », a-t-elle demandé.

Alors que les parents du jeune garçon avaient alerté sur la situation dont été victime leur fils, la re...


Lire la suite sur LeJDD