Suicide assisté : le témoignage émouvant du mari de Paulette Guinchard

·1 min de lecture

Secrétaire d'État aux personnes âgées du gouvernement de Lionel Jospin entre 2001 et 2002, Paulette Guinchard avait fait de la défense des droits des personnes âgées son combat. Plus favorable à l’amélioration des soins palliatifs qu’à l’euthanasie pendant sa carrière politique, Paulette Guinchard a décidé à 71 ans d’avoir recours au suicide assisté. Souffrant d’une maladie génétique dégénérative, elle se savait condamnée. "Elle a voulu éviter la déchéance. Elle ne voulait pas se retrouver dans un lit sans pouvoir bouger. Elle ne souffrait pas forcément physiquement, mais psychiquement énormément", a confié Denis Pagnier, son mari, jeudi sur Europe 1.

>> Retrouvez toutes les interviews en replay et en podcast ici

"Elle voyait la lumière au bout, et moi je voyais un mur"

Paulette Guinchard a pris cette décision il y a deux ans. Son mari, lui, n’a jamais essayé de l’en dissuader, mais plutôt de l’accompagner. Une épreuve très difficile pour lui : "c’est horrible, au moins pour l’accompagnant. Vous voyez le décompte, vous avez un mur en face de vous". "Mon épouse avait une telle détermination, une telle sérénité. Elle avait tellement envie d’en finir. Elle voyait au bout la lumière, et moi je voyais un mur", raconte encore Denis Pagnier. Il explique que Paulette Guinchard a vécu son suicide assisté "avec sa sérénité habituelle et son courage. Il n’y a eu aucune souffrance. Elle s’est endormie paisiblement. C’était très rassurant".  

>> LIRE AUSSIFin de vie : pourqu...


Lire la suite sur Europe1