«Sugar Daddies» en Malaisie: la police arrête le propriétaire du site «Sugar Book»

·3 min de lecture

Une affaire judiciaire en cours expose une conséquence inattendue de la pandémie de coronavirus et de la crise économique qu’elle a engendré en Malaisie : la police vient d'arrêter le créateur de « Sugar Book», une application de rencontre mettant en relation des « Sugar Daddies » et des « Sugar Babies , des hommes riches qui entretiennent financièrement des femmes beaucoup plus jeune en échange de relations sexuelles.

De notre correspondante à Kuala Lumpur,

« Papa gâteau ». Pour comprendre ce que cherche un Sugar Daddy quand il rejoint un application comme SugarBook, on peut d’abord citer le slogan de l’application : « Quand la romance rejoint la finance ».

Sur son site Internet, on peut ensuite lire que SugarBook est « une application de rencontre de luxe où les membres se connectent, se rencontrent et développent des relations mutuellement bénéfiques ».

Les « bénéfices », vous l’aurez sans doute compris, ce sont d’un côté le porte-monnaie d’hommes plus ou moins jeunes et de l’autre, la beauté ou la jeunesse de jeunes femmes souvent étudiantes.

Car lorsque l’on s’inscrit sur le site Internet avec son adresse mail d’étudiante, on n’a pas besoin de payer. Une étude interne parue la semaine dernière assure également qu’étudiante est l’occupation la plus représentée parmi les Sugar Babies malaisiennes.

Incitation à la prostitution

Pourquoi le fondateur a-t-il été arrêté cette semaine ? Parmi les chefs d’inculpation, des « déclarations conduisant à des méfaits publics » et de « sollicitation à des fins de prostitutions ».

Ce n’est pas la première fois qu’un site de la sorte est accusé de tels méfaits. En Belgique, des affaires judiciaires en cours accusent le site Rich Meet Beautiful « d'incitation à la prostitution ». En France, une enquête a été ouverte pour proxénétisme aggravé à propos du même site.

Partout dans le monde, ce genre de site internet semble tomber dans un flou juridique. Les plateformes assurent ne faire que mettre en relation et rappellent qu’elles n’incitent explicitement à aucun moment ses membres à avoir des relations sexuelles.

Mariages précoces

En Malaisie, depuis la parution des études effectuées par les sites de Sugar Daddy, le sujet est on ne peut plus polémique. Certains s’alarment de la précarité étudiante grandissante, responsable en partie du succès de l’application depuis la pandémie. Ils rappellent que les frais de scolarité de l’université Sunway, celle qui compterait le plus de Sugar Babies sur son campus, s'élèvent à 12 200 euros et qu’ils n’ont pas baissé depuis l’arrivée du Covid-19.

D’autres, comme R. Nadeswaran, un éditorialiste du média indépendant Malaysiakini, ont déploré l’hypocrisie de certains politiciens qui ont condamné très rapidement l’immoralité d’étudiantes sur la base d’études effectuées de manière non scientifique, et qui se sont alarmés de relations, qui, jusqu’à preuve du contraire, se passent entre deux adultes consentants. Mais ces mêmes politiciens restent silencieux et passifs sur le phénomène des mariages précoces en Malaisie.

À écouter : Réseaux sociaux et prostitution