"Pas un suffrage censitaire" : Woerth défend le vote des propriétaires de résidences secondaires

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Une proposition choc. À l'occasion de la rentrée des Républicains organisée à la Baule, ce week-end, le député de l'Oise Éric Woerth a lancé une idée remarquée : "Étudier l'opportunité pour les propriétaires de résidences secondaires qui seront les seuls à payer la taxe d’habitation de voter aux élections municipales sur leurs deux lieux de vie." Sur Europe 1, le parlementaire défend sa proposition. "Je pense qu'elle a du fond, parce qu'elle est juste", assure-t-il.

>> LIRE AUSSI - Lyon, Bordeaux, Nice… Pourquoi certaines villes surtaxent les résidences secondaires

"La fiscalité locale va évoluer de façon considérable. Il n'y aura plus de taxe d'habitation à partir de 2023 pour tout le monde, sauf pour les propriétaires de résidences secondaires", explique l'ancien ministre du Budget. Actuellement, ces derniers doivent choisir de voter dans la commune de leur résidence principale ou dans leur seconde habitation. "Il est assez naturel, à partir du moment où vous payez une participation très importante au fonctionnement des politiques publiques d'un endroit, de participer aux temps forts pendant lesquels on les décide, c'est-à-dire aux élections municipales", ajoute-t-il.

"Ce n'est pas un suffrage censitaire"

Des critiques se sont déjà élevées sur cette proposition, l'accusant de corréler le vote aux moyens financiers. "Les modalités peuvent varier", explique Éric Woerth, rappelant son envie de verser l'idée au débat et déplorant un débat ramené aux "riches" contre "...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles