Suez: l'intersyndicale obtient la garantie que "l'Etat jouera son rôle"

·2 min de lecture
Manifestation de salariés de Suez contre le projet de rachat de Veolia, le 29 septembre 2020 à La Défense

L'intersyndicale du géant de l'eau et des déchets Suez, reçue mardi à Bercy dans le cadre de l'OPA hostile de son concurrent Veolia, a obtenu la garantie "que l'Etat jouera son rôle" et qu'il sera "vigilant", a indiqué à la sortie le représentant de la CGT.

"Nous avons fait part de notre exaspération sur le fait que Veolia ne se soumet pas aux décisions de justice, a indiqué Franck Reinhold von Essen, secrétaire du comité d'entreprise européen. On nous a clairement répondu que l'Etat jouerait son rôle au niveau de l'Autorité des marchés financiers. On les sent vigilants et impliqués sur comment Veolia va se comporter".

En l'absence du ministre de l'Economie et des Finances, une délégation de cinq membres de l'intersyndicale a été reçue par son conseiller entreprises et participations de l'État, a précisé le représentant du personnel.

"On a dit que l'on souhaitait rencontrer Bruno Le Maire, ils n'ont pas semblé fermés à l'idée de se rencontrer de nouveau. Le ministère a un rôle à jouer", a-t-il ajouté.

Veolia, qui a acheté en octobre 29,9% du capital de son grand concurrent auprès de l'énergéticien Engie, a décidé dimanche de lancer son OPA sur le reste des actions, estimant que "ses tentatives répétées d'amicalité se sont toutes heurtées à l'opposition" de sa cible.

Saisi en urgence dimanche soir par Suez, le président du tribunal de commerce de Nanterre a ordonné tôt lundi matin à Veolia de suspendre le lancement de toute OPA contre son concurrent, dans l'attente d'un débat au fond.

Dans la foulée, Bruno Le Maire a annoncé la saisie de l'AMF, cette offre hostile contrevenant selon lui aux engagements pris à plusieurs reprises par Veolia. "Elle peut poser des problèmes de concurrence et elle clairement précipitée", a fait valoir le ministre.

cd/bfa/nth