Sud Oise : le nouveau procureur veut expérimenter la justice thérapeutique

Simon Gourru
Senlis, ce mercredi. Dans son discours, le nouveau procureur de la République a appelé ses confrères à être « rigoureux avec les autres et exigeant avec soi-même »

En poste depuis le 3 juillet, Jean-Baptiste Bladier a été officiellement installé dans ses fonctions de procureur de la République de Senlis ce mercredi.


C’était la foule des grands jours, ce mercredi, au tribunal de Senlis. Les représentants des autorités publiques locales se sont massés dans la salle du tribunal correctionnel afin d’assister à l’audience solennelle d’installation des nouveaux magistrats du parquet de Senlis. Parmi ces derniers, le nouveau procureur de la République, Jean-Baptiste Bladier. A 42 ans, il va occuper pour la seconde fois cette fonction, après cinq années passées au tribunal de Soissons (Aisne).

Quelles vont être vos priorités ?

Jean-Baptiste Bladier. Tout d’abord, essayer d’évoluer dans la réponse pénale, de manière à développer des mesures alternatives afin de restreindre le recours au tribunal correctionnel. C’est une justice d’une grande qualité mais qui, parfois, n’est pas indispensable pour arriver au résultat escompté. J’ai également quelques projets de modernisation, pas toujours visibles pour le justiciable, dans le fonctionnement même de la justice. Notamment en termes d’informatisation et de numérisation. Expérimenter la justice thérapeutique me tient aussi à cœur. Des pratiques innovantes dans la manière de prendre en charge les personnes qui commettent une infraction en raison de leur addiction à l’alcool ou aux drogues.

Comment envisagez-vous cette seconde expérience en tant que procureur de la République ?

Pour moi, c’est un nouveau départ. Le parquet de Soissons comptait trois magistrats. Ici, il y en a sept. Au quotidien, diriger une telle équipe n’est pas la même chose. Et puis, la délinquance et l’activité pénale de ce parquet sont d’autant plus relevées que Senlis possède la compétence criminelle pour tout le département, ce que je ne faisais pas dans mon précédent poste.

Quel regard portez-vous sur cette juridiction ?

Elle fonctionne bien, avec des gens très investis dans leurs fonctions. La délinquance y est soutenue (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Creil : Floriane Louison en dédicace
Senlis : des conduites de gaz inquiètent les professeurs d’Hugues-Capet
Oise : bientôt un coup de pouce de la région pour acheter votre logement
Fleurines : les gendarmes ouvrent le feu, le fuyard en comparution immédiate
Oise : le délicat passage des communes au zéro phyto

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages