Les Sud-Coréens s'apprêtent à rajeunir administrativement

Getty Images

Le Parlement a voté une loi jeudi 8 décembre mettant fin aux différents systèmes d’âge coréen. Les trois comptabilités différentes encore en vigueur vont fusionner en 2023 car selon le parti au pouvoir, le système actuel créait une confusion et entraînait même des pertes financières pour le pays.

Avec notre correspondant à Séoul, Nicolas Rocca

Demander son âge à quelqu’un est a priori une démarche simple. Mais pas en Corée du Sud, car elle peut entraîner au moins trois réponses. La première est celle que l’on connaît tous : l’âge est calculé à partir de la date de naissance.

Ensuite, vient la seconde méthode, celle dite de l’âge coréen, la plus répandue dans le pays, un enfant naît à un an, et vieillit à chaque fois au 1er janvier. Si les origines de cette comptabilité restent assez floues, l’une des théories est que l’on considère que la vie d’un enfant remonte à sa conception et donc qu’il vieillit durant les neuf mois de grossesse que l’on arrondit à un an.

Passage au système international

Et enfin, la troisième méthode, utilisée pour le service militaire ou l’âge légal de consommation d’alcool ou de cigarettes, mélange les deux systèmes précédents. On décompte les ans à partir de zéro à la naissance et on vieillit d'un an au 1er janvier.


Lire la suite sur RFI