Le sucrier Tereos cherche à sortir de Chine et Roumanie, d'après des sources

·2 min de lecture
LE SUCRIER TEREOS CHERCHE À SORTIR DE CHINE ET ROUMANIE, D'APRÈS DES SOURCES

par Sybille de La Hamaide

PARIS (Reuters) - Le producteur français de sucre Tereos cherche à céder ses activités en Chine et en Roumanie dans le cadre de la stratégie de la nouvelle direction visant à alléger la dette du groupe et augmenter sa rentabilité, d'après des sources proches des dossiers.

Avant même d'en prendre la tête en décembre dernier, les nouveaux dirigeants du groupe sucrier avaient exprimé de vives inquiétudes quant aux pertes générées par certaines activités internationales qu’ils estimaient non stratégiques.

Tereos est en pourparlers avancés avec son partenaire singapourien Wilmar International afin de vendre sa participation de 49% dans leur coentreprise d'amidon en Chine, ont affirmé trois sources proches du dossier, dont une basée à Singapour.

Si les deux groupes ont refusé de commenter, les discussions avec le géant de l'agroalimentaire seraient sur le point de se conclure, a indiqué une source, ajoutant que la vente se ferait à perte pour le sucrier français.

La coentreprise avec Wilmar, lancée en 2012, exploite deux grandes amidonneries en Chine.

Les discussions avec le géant de l'agroalimentaire avaient commencé avant même que la nouvelle direction de Tereos ne prenne le relais, avant de reprendre cette année, ont déclaré deux des trois sources proches du dossier.

Tereos, qui compte 12.000 sociétaires, cherche également à mettre fin à ses activités déficitaires en Roumanie, a poursuivi l'une des trois sources, appuyée par une autre.

Tereos avait racheté le producteur roumain de sucre de betterave Ludus en 2012. Depuis 2014, la filiale accuse des pertes chaque année. Une vente serait déjà à l’étude, ont déclaré deux sources proches du dossier.

Selon l’une d’elles, une société de conseil internationale mandatée par le groupe a entamé des démarches auprès d'acheteurs potentiels, mais la vente de l'activité en Roumanie pourrait s'avérer difficile en raison de ses résultats et du manque d'attractivité de la région en termes de rendements betteraviers.

Si aucun repreneur n'était trouvé, Tereos serait sans doute amené à arrêter la production de sucre dans le pays, a ajouté une source proche de la direction.

Le deuxième producteur de sucre mondial en volume a fait état d'une dette de 2,7 milliards d'euros à la fin de l'année dernière, pour un chiffre d'affaires annuel d'environ 4,5 milliards d'euros.

La nouvelle direction de Tereos doit dévoiler sa feuille de route stratégique mercredi à l'occasion de la publication des résultats annuels du groupe, a indiqué une porte-parole.

(Avec la contribution de Naveen Thukral, Aradhana Aravindan et Juliette Portala, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles