Succès. Une étude sur 163 000 Israéliens confirme l’efficacité du vaccin Pfizer

The Times of Israel (Jérusalem)
·2 min de lecture

Selon les chiffres dévoilés jeudi 28 janvier par une enquête statistique de l’organisme d’assurance-maladie Maccabi, le vaccin de Pfizer-BioNTech serait efficace pour empêcher l’infection au coronavirus dans 92 % des cas. Un résultat considéré comme extrêmement satisfaisant.

Pour le Times of Israel, il s’agit de “la première grande enquête au monde sur le fonctionnement [du vaccin de Pfizer-BioNTech] en dehors des tests cliniques”. Jeudi 28 janvier, l’organisme d’assurance-maladie Maccabi (qui œuvre à la vaccination de la population israélienne) a annoncé que “seules 31 personnes sur les 163 000 vaccinées par l’organisme ont contracté le coronavirus dans leurs dix premiers jours de protection maximale”.

Pour être pleinement efficace, le produit germano-américain nécessite deux injections, réalisées à environ trois semaines d’intervalle. Voilà pourquoi l’enquête se base sur des patients ayant déjà reçu leur deuxième piqûre, précise le média. “Les données fournies par Maccabi concernent des personnes qui se trouvent entre le septième et le seizième jour après avoir reçu leur deuxième dose”, détaille donc le Times of Israel. Comme il l’explique, on considère que la protection maximale intervient une semaine après la seconde injection.

À lire aussi: Efficacité. Vaccination en Israël : les lycéens sont déjà les prochains

Si cette enquête n’est pas la première à évaluer les effets du vaccin de Pfizer-BioNTech en Israël, elle est la seule qui s’appuie sur des mesures suffisamment précises. En effet, cette fois-ci, Maccabi a suivi parallèlement un groupe d’Israéliens non vaccinés et jamais infectés, avec des âges et des profils de santé similaires au groupe des 163 000 vaccinés. Résultat : sur ce même nombre de personnes n’ayant pas reçu de piqûre, ils sont 6 437 à avoir contracté le coronavirus.

“Ce sont de très, très bonnes nouvelles”, a commenté dans les colonnes du Times Of

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :