Suède: le roi reconnait l'échec de la stratégie de lutte contre le Covid-19

·2 min de lecture

L’épidémie fait aussi vaciller les gouvernements, comme en Suède. Mercredi matin, la presse du royaume nordique a révèlé que le roi de Suède, dans une adresse qui sera diffusée prochainement à la télévision, qualifie la gestion de la crise d’échec. Un commentaire rare dans ce pays où les souverains observent généralement une stricte neutralité.

Avec notre correspondant à Stockholm, Frédéric Faux

Mercredi matin, les Suédois se sont réveillés en entendant ces paroles inquiétantes : « Je pense que nous avons échoué. Il y en a un grand nombre qui sont morts et c'est terrible. C'est quelque chose dont nous souffrons tous », a déclaré le roi dans une adresse qui sera diffusée prochainement mais rendue publique par la presse.

La deuxième vague du coronavirus fait tanguer dangereusement les autorités suédoises. Il y a cet aveu du roi de Suède, inhabituel dans un pays où les souverains observent généralement une stricte neutralité. Mais aussi ses alliés du gouvernement qui menacent de quitter le navire, ou ce rapport d’experts publié mardi 15 décembre qui taille en pièce la gestion de la crise sanitaire. Selon ses conclusions, la stratégie consistant à protéger les plus âgés, qui était pourtant affichée comme une priorité, a échoué. De fait, 90% des 7 800 morts du Covid-19 ont plus de 70 ans.

Le premier ministre social-démocrate Stefan Löfven est mis en cause, comme l’Agence de Santé, qui est responsable de la politique de lutte contre l’épidémie.

Rien ne semble fait pour inverser la tendance

Mais ce qui inquiète le plus les Suédois, c’est que rien ne semble fait pour inverser la tendance. Le niveau de mortalité est toujours dix fois plus élevé qu’en Finlande et en Norvège, cinq fois plus qu’au Danemark. Quant à la fameuse stratégie suédoise basée sur de simples recommandations, sans fermetures obligatoires des commerces, sans quarantaine, sans port du masque, elle montre aussi ses limites.

Pour pouvoir fermer d’autorité restaurants et magasins, ou imposer un confinement, les parlementaires suédois doivent voter une loi d’urgence. Mais celle-ci ne pourrait entrer en vigueur qu’à la mi-mars...