Suède: procès d'un présumé informateur accusé d'espionnage industriel au profit de la Russie

·1 min de lecture

Un procès inhabituel en Suède, en tout cas inédit depuis 2003, s’ouvre jeudi 26 août pour trois jours. Un consultant suédois pour l’industrie automobile est accusé d’être un espion à la solde de Moscou. Il est accusé d'avoir vendu des secrets industriels à des représentant de l’ambassade russe à Stockholm. Une affaire qui ne va pas améliorer les relations entre les deux pays, en plein froid diplomatique.

Avec notre correspondant à Stockholm, Frédéric Faux

Toute la transaction, qui s’est passée en février 2019 dans un restaurant de Stockholm, a été filmée. On y voit un consultant de l’industrie automobile suédoise, qui travaille notamment pour les constructeurs Scania et Volvo, échanger des informations avec un agent russe. Un travail d’espion qu’il aurait mené depuis au moins deux ans, et pour lequel il est jugé depuis jeudi 26 août.

Le dernier procès pour espionnage en Suède remonte à 2003, ce qui ne veut pas dire que le pays n’a pas été touché. Selon les services secrets suédois, les cibles ne sont plus seulement militaires, mais aussi civiles et surtout économiques.

La Suède serait par ailleurs espionnée par plusieurs pays, même si l’un la Russie est particulièrement montrée du doigt. Selon ce même représentant des services suédois, qui s’est exprimé avant le procès, un diplomate sur trois de l’ambassade russe à Stockholm n’aurait pas de travail correspondant à son attribution officielle… et serait de fait un espion.

À écouter aussi : La Suède craint la Russie et décide d’augmenter son effort militaire

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles