Suède : la Première ministre, Magdalena Andersson, démissionne moins de huit heures après son élection

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Magdalena Andersson avait sûrement imaginé un autre scénario pour son premier jour aux commandes. Mercredi, la sociale-démocrate de 54 ans a été élue Première ministre de Suède. Jamais une femme n'avait accédé à ce poste dans le royaume scandinave, pourtant champion de l'égalité des genres. Mais la nouvelle dirigeante a été contrainte de démissionner… à peine huit heures plus tard, au terme d'une journée à rebondissements. Sa coalition gouvernementale s'est délitée à la faveur d'un jeu de domino politique.

Election le matin, camouflet l'après-midi

L'histoire de cette démission express remonte au 10 novembre lorsque, fragilisé par un vote de défiance et par des mauvais sondages, le Premier ministre Stefan Löfven a démissionné. Objectif : permettre à son héritière et ministre des Finances pendant sept ans, Magdalena Andersson, d'aborder les élections de 2022 en meilleure posture.

Mardi soir, cette chantre de la rigueur budgétaire était parvenue à réunir in extremis les soutiens nécessaires pour arriver au pouvoir. Pour cela, elle avait scellé un accord avec le parti de Gauche… ce qui a froissé le parti du Centre, autre parti clé. Mécontent des concessions obtenues par l'aile gauche, celui-ci a refusé de voter son budget. Résultat, le Parlement qui l'avait élue le matin a rejeté son budget l'après-midi. A la place, les députés ont adopté le budget préparé par l'opposition de droite, allié pour la première fois à l'extrême droite des Démocrates de Suède.

Lire notre antisèche - Uni...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles