Publicité

Suède : panne de congélateur, des décennies d'échantillons de recherche détruits

La façade d'un des bâtiments de l'Institut Karolinska, à Solna, dans la banlieue de Stockholm, le 18 janvier 2023 (Jonathan NACKSTRAND)
La façade d'un des bâtiments de l'Institut Karolinska, à Solna, dans la banlieue de Stockholm, le 18 janvier 2023 (Jonathan NACKSTRAND)

Des échantillons collectés depuis des décennies par les chercheurs d'une prestigieuse université de médecine suédoise ont été détruits à la suite du dysfonctionnement d'un congélateur pendant les vacances de Noël, a annoncé lundi l'université.

L'incident a été signalé à la police, a ajouté l'université.

Les échantillons étaient stockés à une température de moins 190 degrés Celsius dans des réservoirs refroidis à l'azote liquide à l'Institut Karolinska (KI), une université de médecine reconnue de Stockholm.

Le KI abrite l'Assemblée Nobel, chargée de sélectionner le lauréat du prix Nobel de physiologie ou de médecine.

Entre le 22 et le 23 décembre, l'approvisionnement en azote liquide de 16 réservoirs cryogéniques a été interrompu.

Alors que les réservoirs peuvent fonctionner pendant quatre jours sans azote liquide supplémentaire, ils en ont été privés pendant cinq jours, ce qui a entraîné la destruction d'échantillons provenant de plusieurs institutions.

"Cela s'est produit au pire moment imaginable en Suède, juste un jour avant la veille de Noël", a déclaré à l'AFP Matti Sallberg, doyen du campus sud du KI.

Certains médias ont rapporté que la valeur estimée des échantillons perdus était d'environ 500 millions de couronnes (47 millions de dollars).

M. Sallberg a déclaré qu'aucune estimation officielle de la valeur des échantillons perdus n'avait été faite, mais qu'elle se chiffrait facilement en millions.

"Les personnes les plus touchées sont celles qui font des recherches sur la leucémie, car elles ont recueilli des échantillons de patients sur une période pouvant aller jusqu'à 30 ans", a déclaré M. Sallberg.

Une enquête interne a été lancée à l'université et, bien qu'il n'y ait aucune indication de sabotage, l'incident a également été signalé à la police.

"Rien n'indique pour l'instant que l'incident soit dû à une influence extérieure, mais un rapport de police est établi pour couvrir toutes les hypothèses", a déclaré M. Sallberg.

Les échantillons étaient tous strictement destinés à la recherche et leur perte ne devrait pas affecter les soins des patients actuels, mais ils devaient être utilisés pour de futures recherches.

"Il s'agit d'échantillons qui ont fait l'objet d'études approfondies et il était prévu d'en réaliser d'autres", a déclaré M. Sallberg.

jll/bc/ial/jg