"Strike MoMa : le Musée d'art moderne de New York, énième victime de la cancel culture ?"

·1 min de lecture

La journaliste Isabelle Marchandier revient sur la polémique autour du Musée d’art moderne de New York, le MoMa, cible d'un collectif d’artistes et de militants de gauche qui l'accuse d'être " élitiste, raciste et misogyne ".

Il y a eu le déboulonnage et le vandalisme de statues à l’effigie de personnages historiques et l’obligation de contextualiser le film mythique Autant en emporte le vent pour qu’il réintègre le catalogue HBO. Mais aussi le changement de titre du célèbre roman d'Agatha Christie, Dix petits nègres, ou la récente remise en cause de l’enseignement de l’Antiquité, jugé comme voulant imposer dans l’éducation " un suprémacisme blanc d’inspiration néocoloniale ". C’est désormais au tour des musées de passer devant le tribunal de l’Inquisition de l’antiracisme et du décolonialisme victimaire.La " cancel culture ", cette culture de l’effacement de tout ce qui est censé blesser des groupes dits discriminés et racisés par une société perçue comme blanche et accusée de " racisme systémique ", a encore frappé. Et cette fois, elle s’en prend au Musée d’art moderne de New York, le prestigieux MoMa.Leon Black dans la tourmenteDepuis le 9 avril, un collectif d’artistes et de militants a lancé un mouvement de contestation baptisé " Strike MoMa ". Au programme : dix semaines de grèves et de manifestations pour démanteler une institution jugée " élitiste, raciste et misogyne ". Depuis plusieurs semaines déjà, le musée était dans la tourmente en raison de l’affaire...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République