Stress. Les singes aussi gèrent mal la pression

·1 min de lecture

Si la récompense d’un exercice réussi est à la fois rare et importante, les macaques perdent en performance, selon une étude de chercheurs américains relayée par Le Temps.

“Imaginez-vous face au but, au moment de tirer un penalty qui déterminera l’issue d’un match décisif. Vous êtes dans la phase finale d’une compétition internationale et la suite du parcours de votre équipe repose sur vos épaules. Face à un enjeu aussi important, le risque est élevé que vous ratiez votre tir – comme le malheureux Kylian Mbappé en a fait l’expérience lors des huitièmes de finale du dernier Euro de football, au cours desquels la Suisse a éliminé la France aux tirs au but.”

Le journal suisse Le Temps relaie une étude sur la gestion du stress par les macaques – avec au passage un petit tacle à destination de ses voisins français. Selon un article scientifique à paraître le 31 août dans la revue PNAS, les macaques aussi peuvent perdre en performance si la récompense à la clé est très importante et rare.

À lire aussi: Animaux. Face aux tragédies collectives, les singes oublient leurs rivalités pour coopérer

Un succès en U inversé

L’équipe américaine de chercheurs, qui regroupe des scientifiques en ingénierie biomédicale et en neurosciences de l’université de Pittsburgh, aux États-Unis, a entraîné trois macaques rhésus à toucher rapidement une petite cible sur un écran tactile. Un indice visuel renseignait sur la quantité de jus de fruits gagnée en cas de

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles