Le stress des pères pendant leur enfance impacte le développement du cerveau de leurs bébés

·2 min de lecture

Une étude finlandaise a montré un lien entre le stress vécu par les hommes durant leur enfance et une accélération du développement de la matière blanche de leurs bébés âgés de quelques semaines. Un phénomène qui pourrait fonctionner par épigénétique.

On avait déjà montré que le stress qu'ont vécu les mères pendant leur enfance impacte le développement cérébral de leurs enfants, mais on sait aujourd'hui que c'est aussi le cas pour leurs pères. En effet, une étude de l'Université de Turku (Finlande) publiée dans la revue a étudié 72 familles dont le bébé avait entre deux et cinq semaines seulement et ont remarqué que le développement de son cerveau est influencé par les traumatismes vécus par le père des années auparavant.

Un développement plus rapide de la matière blanche

Les chercheurs ont demandé aux pères des nouveaux nés de remplir un questionnaire nommé "échelle de traumatismes et de détresse" qui révèle le niveau de traumatismes dans cinq domaines : négligence émotionnelle, abus émotionnel, négligence physique, abus physique et abus sexuels. Ils ont ensuite fait passer les bébés, lorsque ceux-ci étaient endormis, dans une IRM (imagerie à résonance magnétique) qui permet de scanner leur cerveau. Ils ont mesuré l'"anistropie fractionnelle" de la matière blanche du cerveau (voir encadré ci-dessous), qui permet une mesure de la densité des fibres.

La matière blanche du cerveau est la partie comportant les axones des neurones, c'est-à-dire les "câbles" reliant les différentes parties du cerveau. Son nom prend source dans la couleur de la myéline, une matière enroulant les axones et accélérant la transmission des informations nerveuses. Elle fait opposition à la matière grise dans laquelle se situent les corps cellulaires des neurones, dans la partie externe du cerveau.

Ils ont remarqué que les bébés des pères ayant un score élevé sur l'échelle de traumatismes et de détresse avaient un score d'anistropie fractionnelle plus élevé que les autres bébés dans plusieurs régions de leur cerveau :

  • le corps calleux (corpus callosum, les fibres reliant les deux hémisphères et assurant leur coodination),

  • la couronne rayonnante droite inférieure (la couronne rayonnante consistant aux fibres qui joignent le thalamus, [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi