Street art : notre deuxième tour du monde des plus belles œuvres face au coronavirus

Laure Narlian

Début avril, nous avions déjà réuni pour vous plus d'une quinzaine d'oeuvres de street art réalisées en temps de pandémie partout sur la planète. Nous avons depuis continué à suivre de près l'éclosion des oeuvres réalisées autour du monde et la récolte a été bonne, au-delà des espérances. De quoi vous proposer un nouveau tour du monde riche en talents, en humour et en réflexions. Les voici.

Harry Greb (Rome, Italie)

Cet artiste italien qui a pris pour pseudo le nom d'un boxeur américain mort tragiquement il y a un près d'un siècle, s'est fait connaître avec ses oeuvres pleines d'esprit disséminées dans le quartier romain du Trastevere. La pop culture, Bruce Lee, le kung fu et le film Kill Bill de Tarantino sont quelques-unes de ses obsessions. Il a représenté ici une soignante (en costume de Kill Bill) combattant le coronavirus et le menaçant d'un "Laisse-nous tranquilles".

Eme Freethinker (Berlin, Allemagne)

"Love au temps du corona" a simplement écrit Eme Freethinker le 26 avril 2020 sur Instagram en légende de cette oeuvre réalisée sur ce qu'il reste du mur de Berlin, montrant un improbable (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi